Blagues au Hasard...

  • Pauvre Lion!!!!!

    Ça se passe à Berlin au début des années quarante.
    Un lion s'est échappé d'un zoo et s'apprête à foncer sur une bande d'écoliers qui sortaient de classe.
    Voyant ça, un homme saisit un couteau et sans hésiter saute sur le lion et l'égorge net.
    Ayant assisté à la scène, un gradé de l'armée demande à l'homme de se nommer pour que celui-ci puisse être montré en exemple au peuple allemand.
    Au début l'homme refuse, mais devant les acclamations de la foule, décide de se nommer :
    - Je m'appelle Jacob! Jacob Lévy !
    Le lendemain, on pût lire à la une des journaux :
    - UN JUIF SANGUINAIRE S'ATTAQUE À UN PAUVRE LION

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Un gars de la ville, plutôt malin mais sans un sou, part à la campagne et propose ses services contre le gîte et le couvert.

Il entre dans une ferme et s'adresse au patron.

Celui-ci rétorque :

- "D'accord, je te loge et te nourris, mais tu travailleras pour ta pitance !" Il ajoute :

- "Autre chose, j'ai deux filles. Si tu oses toucher à l'une d'entre elles, tu es un homme mort ! "

Le type accepte le deal et après sa journée de labeur, il s'en va dormir dans la grange afin d'être frais et dispo pour le lendemain.

A la première heure, le fermier vient le chercher et l'amène aux champs. Jetant un œil sur les chaussures de notre citadin, le fermier s'exclame :

- "Tu ne pourras jamais travailler avec de telles godasses ! Vas donc dans la chambre des filles, dans le placard, tu trouveras des bottes : Chausse-les et reviens vite !

"En arrivant dans la chambre et voyant les belles à demi-vêtues et encore endormies, il ne peut résister et entreprend de bien servir la première des filles.

N'ayant pour ainsi dire pas reçu de résistance avec la première des filles, il ose aborder la deuxième.

Mais celle-là se met à crier : - "Tu ne peux pas faire cela mon père va te tuer ! ".

- "Mais non" répond-t-il, "c'est justement lui qui m'envoie."

Il va à la fenêtre, l'ouvre et crie :

- "Et, Monsieur, je les enfile toutes les deux ?"

Et le fermier : - "Bien sûr, abruti !"

Aller au haut