Blagues au Hasard...

  • Les Bretelles

    Deux laveurs de vitres belges travaillent sur un bâtiment de 40 étages.
    Arrivés au 20ème, l'un d'eux se rend compte qu'ils ont oublié une fenêtre au 18ème étage :
    - Ne t'en fais pas.
    Je vais t'accrocher à mes bretelles et tu vas pouvoir la faire.
    Il accroche son collègue à ses bretelles, celui-ci descend et commence à nettoyer quand tout à coup, il éclate de rire.
    Au bout de quelques minutes, l'autre, vexé, lui demande pourquoi il rigole :
    - Si tes bretelles pètent, tu te les prends dans la gueule !!!!

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Une blonde va chez le médecin pour savoir ce qui lui arrive :
- Bonjour Docteur, en ce moment je me sens pas très bien, savez-vous ce que j'ai ?
- Hum....oui, vous êtes allergique au bouleau !
- Ah ?! Hé bien il faut que j'arrête de travailler !
- Mais non Madame ! Je parlais de l'arbre !

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Un fonctionnaire qui avait décidé de faire un peu de ménage dans les armoires de son bureau, trouve, caché sous une pile de cartons empoussiérés, ce qui ressemble fort à une lampe à huile en métal doré.

Trouvant l'objet à son goût, l'employé décide de la ramener chez lui pour l'exposer sur sa cheminée.
Le soir, alors qu'il est en train d'astiquer la lampe, un nuage de fumée envahit la pièce et un génie apparaît :

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Dans une pharmacie, une seule cliente : une très jolie fille en train de se peser.

Contrariée par le chiffre qui apparaît, elle quitte son manteau, et remet une pièce.

Encore déçue, elle enlève son pull et ses chaussures, et remet une pièce.

Toujours mécontente, elle ôte sa robe…

Alors le pharmacien, la main pleine de monnaie, s’approche d’elle et lui dit avec un large sourire :
- Continuez et ne vous en faites pas… A partir de maintenant, c’est moi qui paye !

Aller au haut